Business with csr practice

Finance durable : une dynamique en marche

Finance L’un des rares pays à avoir inclus la durabilité au sein de sa Constitution, la Suisse connaît depuis quelques année une forte progression du secteur de la finance durable, un enjeu qui concerne désormais tous les acteurs du monde financier.

Miriam Dibsdale

La finance durable—sustainable finance en anglais— est un concept d’investissement et de financement à long terme qui tient compte de critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance dans le processus de gestion des actifs, et de l’influence de ces investissements sur les enjeux du développement durable. Elle compte plusieurs approches, qui peuvent être thématiques et liées aux énergies renouvelables, à l’eau ou à l’agriculture, ou encore relever de la microfinance, des infrastructures durables ou de l’investissement d’impact, une démarche visant à créer un impact social, sociétal ou environnemental positif au-delà des rendements financiers.

 

Un secteur en plein essor

Bien qu’encore limité à une activité de niche en raison de la logique de rendement qui prévaut au sein du secteur financier, la finance durable représente toutefois 4,5 % des actifs gérés en Suisse et connaît une dynamique de croissance à deux chiffres depuis quelques années. En 2015, les fonds gérés selon des principes durables ont atteint 191,9 milliards de francs suisses. Les avoirs sous mandat de gestion ont enregistré un bond spectaculaire, passant de 36,2 milliards en 2014 à 96,2 milliards en 2015, une hausse qui démontre l’intérêt des investisseurs individuels pour ce type de placements. Cette prise de conscience touche également les investisseurs institutionnels, de plus en plus enclins à intégrer les enjeux du développement durable dans leur stratégie de placements. L’association Swiss Sustainable Finance, qui promeut depuis 2014 l’intégration de la durabilité dans le secteur financier et ambitionne de faire de la Suisse le centre mondial de la finance durable, compte aujourd’hui 92 membres. Parmi eux, des banques, des gestionnaires d’actifs, des institutions spécialisées, des ONG comme le WWF, mais aussi des membres du secteur académique, à l’exemple de la Business School de Lausanne.

 

L’enjeu de l’éducation

Pour poursuivre son développement, la finance durable a besoin de compétences nouvelles, et en particulier celles des jeunes financiers de demain. Si la finance durable n’avait jusqu’à présent pas encore trouvé sa place au sein des cursus classiques de formation à la finance en Suisse, cette situation est en train de changer. La Business School de Lausanne s’est ainsi récemment positionnée en ce sens, et propose depuis 2015 un Master en Finance Internationale et Finance durable, la première formation de ce type en Suisse. Ce cursus, qui allie une formation financière classique à des compétences très pointues en matière de gestion durable, propose aux étudiants d’acquérir un bagage qui leur permet de concilier leur vision personnelle et les exigences du marché. Une réelle valeur ajoutée, tant pour leur carrière future que pour la durabilité au sein du secteur financier.