Sustainable transport concept.

Mobilité verte: les atouts du gaz naturel

Developpement durable Rouler au gaz naturel offre de multiples avantages. Écologiques, ces véhicules permettent également de réaliser de belles économies par rapport aux voitures classiques. En Suisse, les stations permettant de faire le plein de gaz naturel sont déjà bien implantées.

Thomas Pfefferlé

Si les véhicules fonctionnant au gaz naturel constituent un choix éthique et écologique par rapport aux véhicules à essence ou au diesel, les avantages économiques sont également à souligner. En effet, le gaz naturel, principalement constitué de méthane, s’avère bien moins cher que les carburants utilisés habituellement. Pour donner un ordre d’idée, on parcoure aisément entre 300 à 350 km avec une somme de 10 à 15 francs en utilisant cette énergie. De quoi faire pencher la balance en faveur de ce carburant propre pour ceux qui hésiteraient encore. Sans compter qu’avec le réservoir à essence dont sont équipées toutes les voitures, l’autonomie peut monter jusqu’à 1000km selon les modèles.

Respectueux de l’environnement, le gaz naturel utilisé dans les voitures se forme dans les couches géologiques du sous-sol suite à un lent processus de décomposition de micro-organismes végétaux et animaux qui se déroulent pendant des millions d’années. Energie largement disponible et sûre, le gaz naturel est considéré comme étant l’énergie fossile la plus propre. Ses émissions de gaz à effet de serre sont en effet très faibles puisque il ne rejette presque aucune particule polluante dans l’atmosphère lors de sa combustion. Ainsi, les émissions de CO2 sont de 25 à 30% inférieures que celles du fioul et d’au moins 40 à 50% plus basses que celles du charbon.

«Pour l’instant, ce type de véhicules représente encore un marché de niche, indique Carmelo Todaro, qui dirige le Garage Moderne à Epalinges, où des automobiles au gaz naturel sont proposées. Ce sont surtout les entreprises qui franchissent le pas. Et pour un garagiste, il faut savoir que vendre ces véhicules implique de former son personnel et de se munir de l’outillage adéquat. Mais à mes yeux, cette alternative aux voitures à essence constitue l’option la plus sûre et performante parmi toutes les technologies qui sont développées dans la mobilité verte.»

Ce faible engouement n’a pourtant pas empêché Giuseppe Dalla Valle, directeur de l’entreprise familiale DVG, située à Crissier et active dans la construction sanitaire et la construction d’installations de gaz médicaux, à avoir franchi le pas il y a dix ans. «Nous nous sommes tournés vers cette énergie en 2006. Aujourd’hui, nous avons une flotte de dix véhicules fonctionnant au gaz naturel. En tant qu’entreprise, nous voulions nous démarquer en montrant notre engagement en faveur de l’environnement. Et financièrement parlant, nous avons pu économiser 40’000 francs de carburant depuis que nous sommes passés au gaz naturel.»

En tant qu’entreprise, nous voulions nous démarquer en montrant notre engagement en faveur de l’environnement.

Encore frileuses, les entreprises helvétiques pourraient pourtant s’inspirer de La Poste ou encore du géant de la publicité extérieure APG|SGA, qui n’ont pas hésité à se munir de véhicules fonctionnant au gaz naturel depuis plusieurs années déjà. En Suisse romande, la société Gaznat, établie à Vevey, assure l’approvisionnement en gaz naturel en anticipant la croissance de la demande tout en gérant la maintenance et la sécurité de son réseau de gazoducs. Et pour soutenir les utilisateurs dans l’achat d’un véhicule fonctionnant au gaz naturel, elle accorde des primes de 2000 francs, voire plus durant des campagnes promotionnelles comme c’est le cas actuellement avec Amag et Fiat.